En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Accès libre

Tous les articles (2)
  • SVT: La dyslexie, un trouble de connectivité fonctionnelle ?

    3
    Par OLIVIER AUDRAN, publié le mercredi 30 décembre 2015 07:59 - Mis à jour le mercredi 30 décembre 2015 07:59

    La dyslexie est souvent un sujet à controverses (origine neurologique ou génétique, contexte culturel du patient...)

    Dans la très sérieuse revue "La recherche" n°484, on apprend que des troubles de connectivité fonctionnelle (entre neurones) seraient à l'origine de ces fameuses dys touchant 2.5 % des enfants en France (voir p 650 du rapport de l'INSERM joint à cet article).

    Il faut dire que depuis de nombreuses années, pour "réparer" la dyslexie, on parlait de rééducation, sous-entendant un problème d'éducation du cerveau (c'est pour cela que la dyslexie peut être présentée comme un effet secondaire, tout comme l'hyperactivité ( lire Le don d'apprendre de Ronald Dell Davis ed. La Méridienne)). En effet, les connexions d'un cerveau se font et se défont au gré des expériences de l'individu. On parle de neuroplasticité. Les neurones modifient sans cesse leurs connexions, mais aussi migrent en fonction des besoins neurologiques de l'individu (darwinisme neuronal), si bien que les scientifiques ayant cru découvrir les gènes de la dyslexie (entre autres le fameux DCDC2 du chromosome 6 découvert par J.Gruen en 2005), n'avaient en fait que découvert les gènes codant la migration des neurones !

    Dans le cas de la dyslexie, certains "manques" dans la connectique neuronale peuvent être compensés, réparés (Voir les travaux de Galaburda en pièce jointe). La dyslexie peut alors disparaître ! Il suffit de faire faire de la gymnastique aux neurones (rééducation auditive, motrice, visuelle...) plutôt que d'utiliser des remèdes miracles (d'après Frank Ramus, directeur de recherche au CNRS, « la dyslexie est un vaste marché : beaucoup de « solutions », voire des remèdes miracles, sont vendus aux parents de dyslexiques, aux orthophonistes et aux ophtalmologues […] Tous ces traitements doivent être considérés avec la plus grande prudence. Les traitements et méthodes de rééducation pour la dyslexie devraient idéalement être évalués avec autant de rigueur scientifique que les traitements médicamenteux proposés pour toute maladie. Malheureusement, les traitements non médicamenteux ne nécessitent pas d’autorisation de mise sur le marché. C’est ce vide juridique qui permet la prolifération de méthodes à l’efficacité non prouvée.)

    La seule difficulté, et pas des moindres, est d'adapter sa "gymnastique" des neurones au trouble observé, et ça, c'est le rôle des orthophonistes, car des "dys", il en existe un bon nombre !

     

     

  • SVT: Schéma géologique structural de la région Midi-Pyrénées

    Par OLIVIER AUDRAN, publié le mercredi 30 décembre 2015 07:47 - Mis à jour le mercredi 30 décembre 2015 07:47

    La Région Midi-Pyrénées s’étend sur 3 unités structurales majeures :

    • Le Massif Central, représenté par sa bordure sud-ouest, est composé de séries protérozoïques et paléozoïques traversées par des granites intrusifs. Les roches sont affectées par des déformations et un métamorphisme acquis lors des orogenèses du cycle hercynien (285 à 245 millions d’années). Les failles subméridiennes sont héritées de cet épisode de déformation, en particulier la faille de Villefranche-de-Rouergue, prolongeant le « sillon houiller » et limitant les plateaux du Ségala (jurassique) à l’ouest, des séries gneissiques et des granites (granodiorite de Villefranche) à l’est. L’orogenèse pyrénéenne (40 millions d’années) générant une compression Nord-Sud est responsable de la formation des accidents tectoniques orientés est-ouest. Se distinguent notamment les failles bordières du détroit de Rodez, la faille inverse de Lacaune, et la faille de Mazamet faisant chevaucher les unités de la Montage Noire sur les dépôts tertiaires continentaux du sillon de Mazamet.
    • Les Pyrénées sont elles-mêmes subdivisées en 4 « zones structurales » sur le territoire de la région Midi-Pyrénées, séparées par des accidents tectoniques majeurs orientés est-ouest (du sud au nord) :
      • la haute chaîne primaire (ou zone axiale), qui occupe une position orographique centrale et porte les plus hauts sommets. Elle est essentiellement composée de roches sédimentaires, éruptives ou métamorphiques anciennes, affectées par les orogenèses du cycle hercynien. Ces formations constituent le socle ancien, recouvert en discordance par des sédiments plus récents méso-cénozoïques. Cette zone est séparée de la suivante par la faille nord pyrénéenne.
      • la zone nord pyrénéenne dans laquelle la couverture sédimentaire méso-cénozoïque, fortement plissée et faillée recouvre en discordance le socle présent sous forme de massifs dits « nord-pyrénéens ». Cette zone chevauche la suivante le long du chevauchement frontal nord pyrénéen.
      • la zone sous-pyrénéenne, essentiellement composée à l’affleurement de terrains du Crétacé supérieur et du Paléogène, structurés en plis anticlinaux et synclinaux (Petites Pyrénées par exemple). Cette zone est limitée au nord par le front nord pyrénéen, dernier chevauchement aveugle (demeuré profond) de l’édifice montagneux.
      • l’avant-pays aquitain rempli par une importante épaisseur (jusqu’à 1400 m dans les Hautes-Pyrénées) dépôts molassiques, d’origine continentale, issus de l’érosion massive des Pyrénées. Cette zone correspond en fait à la bordure méridionale de la troisième unité structurale de la région, le Bassin Aquitain.
    • Le Bassin Aquitain, constitué en profondeur d’un plancher paléozoïque et d’une couverture mésozoïque plissés et faillés, est recouvert par les molasses cénozoïques peu déformées. La couverture émerge au niveau de la bordure septentrionale du bassin, moins déformée que la bordure sud, où les dépôts mésozoïques des Causses du Quercy reposent sur les séries du Massif Central.
Abonnements
Flux RSS
Trier par
Catégories
Aucune catégorie définie
Auteurs